equipements chevaux

  1. Les divers bandes de protection
  2. Les couvertures
  3. Equipements divers
  4. Les différentes embouchures
  5. Les différents enrênements



I/ LES DIVERS BANDES DE PROTECTION

Les bandes permettent de protéger les membres du cheval (les tendons). Il en existe différentes sortes :

- Bandes de repos : après un effort, il est recommandé de mettre des bandes de repos pour éviter un engorgement des tendons dû à la fatigue. On peut aussi les utiliser comme protection pour le transport. Avant de les poser, il faut nettoyer parfaitement les membres. La longueur idéale est de 3,50 m. Utiliser des cotons propres, suffisamment grands et épais.

- Bandes de polo : c'est 50 % des bandes de travail et 50 % des guêtres. Les bandes de polo ne remplacent pas l'efficacité des bandes de travail et non plus la qualité protectrice des guêtres.

- Bandes de travail : c'est une bande renforcée par des élastiques. Cela lui permet de maintenir fortement les tendons un peu faibles ou l'articulation du boulet fatigué. ATTENTION, elle doit être très bien posée surtout sans plis !

Comment les poser ?

* Bandes de repos :


* Bandes de polo :

Il suffit de démarrer et de la dérouler comme on le ferait pour une bande de repos. La seule différence se situe au niveau du boulet, la bande de polo s'arrêtant un doigt en dessous de l'ergot du boulet. Ensuite, il faut la remonter de la même façon qu'une bande de repos.

* Bandes de travail :

Il faut se munir d'une coquille, mousse de protection qui se placera entre le membre et la bande.
Poser la coquille de manière à protéger le tendon et le boulet, latéralement et postérieurement. Placer ensuite la bande à plat, puis descendre avec des espaces réguliers en créant une tension assez légère et régulière.

Arrivée à hauteur du boulet : soutien des tendons : descendre la bande à un doigt en dessous de l'ergot du boulet ; soutien du boulet : descendre la bande sous le boulet. Remonter le long du membre en faisant toujours attention aux plis et à une régularité du serrage. En haut du membre, fixer la bande de travail avec le velcro ou le lacet, s'il reste de la bande, terminer en passant un doigt sous le bouton, puis un doigt au-dessus avant d'attacher.

II/ LES COUVERTURES

Poser une couverture fait partie de la routine en hiver. La plier en deux ou trois, afin de la poser sur le corps du cheval sans lui faire peur. La déplier vers l'avant et vers l'arrière. Boucler les attaches sous le poitrail, boucler celles situées à l'arrière et enfin, fermer devant le poitrail en tirant légèrement la couverture vers l'avant afin que les épaules ne soient pas coincées.

III/ EQUIPEMENT DIVERS

Les autres protections du cheval sont :

- les cloches : sorte de coque en plastique. Pour les mettre, il faut les retourner pour la mettre à l'envers, prendre le pied du cheval, présenter la cloche à l'envers et l'enfiler sur le pied par la pince en la tirant des deux côtés. Et enfin la remettre à l'endroit. Elles permettent de protéger la couronne des coups et surtout les glomes des pieds antérieurs, très exposés en cross et à l'obstacle.

- les guêtres : elles protègent les canons ainsi que le boulet.

- les protège-tendons : ils ne protègent que les tendons et les boulets. On les pose en général aux antérieurs.

- les protège-boulets : sont destinés à protéger les boulets postérieurs.
Ne pas oublier de les nettoyer après chaque utilisation, afin d'éviter les blessures par frottement.


IV/ LES DIFFERENTES EMBOUCHURES

Une embouchure c'est un mors. Il existe des embouchures simples (verdun, chantilly), ils constituent l'embouchure de base des cavaliers. La largeur du mors correspond à la bouche du cheval. Plus les canons sont épais, plus l'action est douce. Plus les anneaux sont larges, plus l'effet de canalisation latérale sera sensible.

Le mors "à olives" évite les blessures à la commissure des lèvres. Avec tous les autres mors, il faut utiliser des rondelles en caoutchouc.

Le filet à aiguille permet de canaliser plus facilement le cheval (surtout chez les jeunes chevaux).

Le filet caoutchouc incite le jeune cheval à se poser plus volontiers sur la main.

Le filet Baucher comporte des branches qui provoque un effet abaisseur et favorise artificiellement la mise en place du cheval.


Le filet à 4 anneaux favorise la décontraction et ne présente pas de risques importants, en dehors de la perte de contact. Il s'utilise avec un cheval ayant tendance à s'appuyer exagérément sur la main.

Le double filet accroît considérablement l'action de la main et ne doit s'employer que pour résoudre un problème spécifique. Son utilisation permanente risque de mettre en péril la finesse des réactions à votre main.

Le mors Pessoa : plus les anneaux sur lesquels sont branchées les rênes sont bas, plus l'action de l'embouchure est puissante. Il est possible de fixer au mors deux paires de rênes, à deux anneaux différents. On peut aussi utiliser des alliances.


Les embouchures à gourmette :

Le Pelham : le point fixe matérialisé par la gourmette lui confère une réelle efficacité avec un cheval ayant tendance à échapper au cavalier. Son utilisation suppose un minimum de tact et doit s'accompagner d'actions de jambes en rapport.

Le mors anglais est à employer exclusivement avec des chevaux incontrôlables.

La bride agit par l'intermédiaire du point de traction des rênes et du point fixe de la gourmette, le mors de bride constitue un levier incitant le menton du cheval à se rapprocher de son encolure, c'est l'effet abaisseur.



Le hackamore agit sur le chanfrein. C'est une embouchure sans mors. Plus les branches de l'embouchure seront longues, plus celle-ci sera efficace.



V/ LES DIFFERENTES ENRENEMENTS

Un enrênement est un moyen mécanique qui agit sur l'attitude du cheval. Les enrênements peuvent apporter une aide conséquente pour stabiliser le cheval dans une attitude pratique, pour faciliter le travail gymnastique. Vous ne devez avoir recours aux enrênements qu'à titre transitoire pour résoudre un problème.

Les différents enrênements :

Le gogue peut s'utiliser dans le travail monté ou en longe, d'une manière fixe ou commandée. Il a pour effet principal de fermer l'angle tête/encolure.



Le chambon est un enrênement exclusivement réservé à la longe. Son objectif est de reconstituer ou de consolider une musculature défaillante et notamment du dos. Il a pour effet d'orienter l'encolure du cheval vers le bas et loin devant dans l'attitude de l'extension d'encolure.


Les rênes allemandes peuvent être utilisées pour le travail monté comme à la longe (avec un surfaix). Elles peuvent se fixer sous le ventre ou sur les côtés, en passant par la sangle.

Les rênes allemandes posées au niveau de l'inter-ars et au niveau du garrot, permettent une attitude stable dans l'horizontalité ; posées à la sangle, au niveau de l'inter-ars, et fixées au surfaix à la hauteur des jambes du cavalier, permettent une attitude vers le bas et favorisent la tension horizontale ; posées à la sangle, au niveau du garrot et fixé au quartier de la selle à la hauteur des mollets du cavalier, permettent de favoriser le soutien de l'avant-main et peuvent être utilisées dans le travail vers le rassembler.


Les élastiques sont surtout employées dans le travail à la longe (et en voltige). Elles se fixent à l'inter-ars ou latéralement à la hauteur des mollets du cavalier. Leur action se rapproche des rênes allemandes et du gogue.


Les martingales (fixes et à anneaux) elles limitent les mouvements de tête vers le haut et partiellement sur les côtés.

La martingale fixe se pose sur une muserolle française.
La martingale à anneaux se pose sur les rênes par les anneaux.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site